Stéphane de Gérando /compositeur

retour vers Stéphane de Gérando, compositeur

Présentation des oeuvres

Ecoute des oeuvres ou extraits en cliquant sur le curseur vert, colonne de gauche. Après avoir cliqué, attendre parfois pour des questions de téléchargement.

Oeuvres pour orchestre ou ensemble instrumental

 

Katanga

Ecoute :
fichiers mp3 basses résolutions

 

Katanga (2004)
15 cuivres et deux percussions (10’)
Commande de Radio-France 2004
Orchestre Philharmonique de Radio-France
Direction : Stéphane de Gérando
Enregistrement Radio-France en 2007

« Le timbre est ici imaginé comme le résultat d’un méta-instrument, une sorte d’orgue micro-tonal capable de produire des variations de densité harmonique d’une à quinze notes par accord. Deux groupes de cuivres sont en conséquence accordés à un intervalle d’un quart de ton. Imitant la registration, le jeu sur les sourdines (bol, sèche, plunger, wa-wa avec tube et sans tube, whisper…) et leurs cinq degrés d’ouverture modulent les timbres en créant une spatialisation indépendante de la localisation latérale ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.


Intumescence
gerando

Intumescence (1997)
Orchestre, bande numérique deux pistes et électronique (12’)
Commande de Radio-France 1997, coproduction INA-GRM
Texte : Stéphane de Gérando
Création le 20 février 1997 au "Festival Présence 97", Paris
Orchestre Philharmonique de Radio-France, INA-GRM
Direction : Tsung Yeh
Enregistrement Radio-France

« Je rêve d’une harmonie où le corps et l’esprit se confondraient dans l’intimité d’un devenir, en un point sans limites et sans raison, sans explication et définition, sans justification, au confluent de la respiration et du souvenir, souvenir d’avoir été sans jamais vraiment être ».

S. de Gérando, extrait du livret Présence 97.

 

Intumescence

Pièce pour cordes (1996)
Orchestre à cordes (10’)
Commande de l’Orchestre Philharmonique de Montpellier
Création par l’Orchestre Philharmonique de Montpellier au Corum le 29 novembre 1996
Direction : Jérome Pillement
Enregistrement OPM

« À l’image de la transformation volcanique du feu à la roche solide ou du scintillement renouvelé de la pierre éclairée par le soleil, le son peut prendre diverses formes macro et micro-perceptives. Cette métamorphose se réalise ici dans un geste simple à deux dimensions stratégiques ; une progression face à l’idée de retour. L’auditeur assiste à la vie de cet objet originel, une vie prévisible dans sa naissance et sa mort. Reste le souvenir éphémère de son existence qui pourrait, le temps d’un instant, évoquer l’illusion d’une sensation ».

S. de Gérando, note de programme du 23.11.1996 et du 29.11.1996 de l’Orchestre Philharmonique de Montpellier, Languedoc-Roussillon.

 

En toi, avec lui et en lui
gerando

En toi, avec lui et en lui (1992)
52 solistes et auditoire de chambre (quatre groupes orchestraux répartis autour du public) (10’)
Création au Festival "Présence 1992" au Grand Auditorium de Radio-France (janvier 1992)
Orchestre du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris
Direction : Pascal Rophé
Concert diffusé sur France-Musique en juillet 1992
Enregistrement Radio-France (version orchestre et bande) et enregistrement originel studio, orchestre CNSMPD (quadriphonie) en octobre 1993 sous la direction Jean-Sebastien Béreau

« La pièce se fera à partir d’une analyse spectrale d’une corticographie de chat […]. Etant par ailleurs intéressé par une composition acoustique de l’espace, j’allais écrire pour quatre groupes d’orchestre spatialisés autour d’un auditoire de chambre. Toutes les échelles de fréquences et de durées sont tirées des données de l’analyse et classées en cinq catégories correspondantes à des attitudes particulières, ondes delta – endormissement (3 à 4 htz), thêtat (4 à 7 htz), alpha – repos (entre 7,5 et 13 htz), onde bêta - activité (de 17 à 50 htz), gamma (de 35 à 50 htz). Il n’était plus question ici d’une utilisation scientifique des paramètres, mais les analyses spectrales devenaient un réservoir de notes associé à des modes rythmiques ayant leurs propres cohérences et évolutions successives indépendantes ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.


Puisqu'il en est ainsi


Puisqu'il en est ainsi (1990)
Orchestre (cent instrumentistes) et bande magnétique huit pistes (30’)
Création au Grand Auditorium de la Maison de la Radio, le 8 mars 1990, à Paris
Orchestre du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, coproduction Radio-France et CNSMDP
Enregistrement Radio-France

« J’allais m’immerger dans un travail qui allait durer deux ans, copie sur papier calque de soixante-dix portées, composition des heures durant en studio, fabrication du matériel, peu de sommeil, mais la conviction d’exprimer avec sincérité une réalité inspirée d’un poème de Roland Raveton qui se termine par ces mots :  je m’en irai, mourant deux fois pour n’avoir pas vécu ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.

 

Choeur (avec ou sans électronique)

Katanga

Extrait audio

Vidéo de la création

Vidéo

 

L'opéra de glace (2008)
Choeurs (11-15 ans, musiciens), dispositif électroacoustique et vidéo
Livret, sons et images de synthèse, Stéphane de Gérando


Communiqué de presse : cliquer ici

« [...]  effluve transparence unit la marche,
S’effiloche,
Souvenir du cadran arrêté et cendrées par les encres noircies
Fixe,
Prisme en toi,
Opérette,
Opéra des fonds,
Glace imaginée  »

S. de Gérando, extrait du Livret.

 

Musique de chambre

6ex1pen7sion4, sixEXonePENsevenSIONfour

 

sixEXonePENsevenSIONfour (2007)
Version Flûte, clarinette, clavier (ordinateur)
Création par l'icarEnsemble
Festival de L'Innovation et la Création 2007 Musée d'ARt Moderne et Contemporain de Toulouse
Direction : Stéphane de Gérando

« L’origine du matériau musical est liée au hasard et son processus de développement est déterministe ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.

 

6ex1pen7sion4, sixEXonePENsevenSIONfour

sixEXonePENsevenSIONfour (2006)
Version Flûte, trompette, contrebasses, percussions, clavier et électronique temps réel
Commande d’Etat
Création par l’ensemble 2E2M-CCMIX en juin 2006 à Paris
Ensemble 2E2M (enregistrement CCMIX-2E2M)
Assitant musical : Stefan tiedge
Direction : Pierre Roullier

« L’œuvre joue sur les notions de limites et de seuils : limites d’une relation de la notation à son interprétation instrumentale, équilibre instable de l’électronique, seuil entropique de l’information perçue, dislocation du temps et recomposition de la mémoire ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.

 

6ex1pen7sion4, sixEXonePENsevenSIONfour

Ce que tout cadavre devrait savoir (1996)
Pour soprano, récitant et ensemble instrumental
Commande de l’ensemble 2E2M
Création par l’ensemble 2E2M en 1996 au Centre Pompidou à Paris
Direction : Tsung Yeh

« Cet extrait d’un poème d’Adrian Miatlev (1910-1964), Ce que tout cadavre devrait savoir, marquait l’envie d’intégrer un poème dans une œuvre musicale. Le texte comporte une signification « réaliste » et intentionnelle. Juxtaposer à cette densité signifiante une indétermination, une autonomie de la forme, du matériau et de la « signification musicale » provoquerait un choc entre des conceptions et des sensations opposées.  Par ailleurs, je ne cherchais pas d'emblée à élaborer un processus entièrement automatique. L'automatisme et l'intuition étaient juxtaposés sans nécessairement privilégier un ordre ou un degré d'utilisation. La démarche n'était pas non plus réductible à une approche instinctive puisque j’agissais grâce à l'expérience acquise. Cet aller-retour entre des procédés formalisés et l'intuition mettait en valeur, à la lumière de la première expérience, une dislocation des cadres en quittant une procédure unique et séquentielle ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.

 

Virtualité et conscience du vide


Virtualité et conscience du vide (1993)
Trio à cordes (violon, alto, violoncelle) (15’)
Création aux "Journées de la Musique Contemporaine du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris", (1993)
Concert de l’Itinéraire 16 mai 1993
Enregistrement studio en avril 1994

« La notation rythmique du trio n'est pas traditionnelle : les barres verticales forment des points de repère représentant un mètre invariant (qui, au début, est laissé au choix du violoniste, « Le plus rapide possible »), tandis que les notations de durées sont des chiffres rationnels extraits de l'échelle élémentaire des durées. L'appréhension de la durée devenait une entité indépendante libérée de la mesure, combinatoire et sensation sonore étant communément associées au sein du formalisme. […] Si l'on analyse le geste global de la pièce en rapport avec le titre de l'oeuvre, « la conscience du vide » s'est façonnée sans préméditation toujours consciente à l'aide de systèmes à la fois clos, indépendants et combinés. L’écoute de l’œuvre introduit un parcours en boucle directionnelle : nous avançons vers notre présent comme si le temps futur était anéanti dans une forme de retour vers soi ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.

 

Virtualité et conscience du vide


Musique pour église, pécheur d’amour, le Christ et moi (1990)
Sextuor pour flûte en sol, cor anglais, harpe, vibraphone, clarinette sib, alto (env. 11')
Créé au studio 106 de Radio-France
Direction : Alain Bancquart
Enregistrement studio en mars 1991

« L'oeuvre utilise une double combinatoire du spectre et de la série modifiée harmoniquement par une variation progressive des intervalles ou des ambitus de hauteurs. Cette musique est particulièrement lente, une lenteur associée à un espace qui se contracte imperceptiblement et de manière inexorable dans l’aigu. Chaque durée des respirations des instrumentistes est notée sur la partition pour participer au contrôle et à l’écoute de ce temps ralenti, biorythme presque arrêté semblable aux expériences d’apnée prolongée ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire Oblique, icarEditions, 2006.


Oeuvre soliste


a/ Instrumentale avec ou sans électronique

Du sens au sens


sixEXonePENsevenSIONfour (2007)
Version clarinette basse et électronique temps réel (5')
Création au Festival de la Création et de l'Innovation 2007 Musée d'Art Moderne et Contemporain de Toulouse
Aurélien Cescousse, clarinette basse (dédicataire), icarEnsemble
Direction musicale et technique : Stéphane de Gérando
Enregistrement 3icar /icarstudio 2008

« L’engendrement de l’œuvre se construit avec l’idée d’un centre initial qui n’existera plus une fois l’oeuvre terminée. Le centre pourrait être incarné par le temps zéro ou le temps de l’origine qui a permis à la matière sonore de prendre forme grâce au premier instant de l’écriture. Puis le processus de composition se développe en remontant dans le passé et en écrivant l’avenir au même moment, sans que ces deux états soient prédéterminés. Très concrètement, sur la partition originale, je reviens progressivement vers le début de l’œuvre (« écriture à l’envers ») et au même moment je poursuis son développement, sans avoir l’idée de début et de fin puisque l’origine du temps est progressivement oubliée ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire oblique, IcarEditions 2006.

 

Du sens au sens


Du sens au sens (1994)
Flûte en ut (13’)
Dédiée à Pierre-Yves Artaud
Création au Festival de Musique Contemporaine de Darmstadt (1994)
Pierre-Yves Artaud, flûte
Enregistrement de la création par le festival

« L’œuvre étant dédiée à P. Y. Artaud, j’imaginais une sorte de bloc sonore offert à la virtuosité et à la puissance de l'interprète, une pièce confrontée au temps et à la signification. […] L’interprète traduit une musique ayant une direction dont on ne saisit pas la signification causale et encore moins le but à atteindre, à moins de ressentir cette absence de finalité comme un déterminisme de la forme ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire oblique, IcarEditions 2006.

 

Metathesis


Hommage à Bach (1996)
Clarinette sib (1996) (59'’)
Enregistrement studio 1997.

L'absence peut parfois signifier une présence. Cette oeuvre de 59' secondes est composée à partir d'un choral de Bach extrait de La passion selon St Jean de J. S. Bach.
C'est en quelque sorte un choral varié, les notes régulières du choral jouées ppp créant une triple sensation d'absence, de présence et de stabilité alors que "l'ornemantation" est l'élément virvoltant (instabilité), le jeu entre cette dualité s'inscrivant dans une écriture multiple et contrapunctique des tessitures, dans "le style de Bach".

 

 

Metathesis


Metathesis (1988)
Piano (1988) (12’)
Création au Festival International de Piano de Saint-Jean-de-Luz (1989)
Damien Michel, piano
Enregistrement en mars 1999

« Metathesis est né d’un travail sur la matière sonore liée à un geste pianistique exprimé dans le grave au début de la pièce. L’idée de cette composition est résumée dans son titre traduisant à la fois la notion de transformation dynamique et de stabilité ».

S. de Gérando, extrait de programme du Festival Ars Musica 1992.

 

b/ Electroacoustique

Binaurale

Binaurale


Binaurale – version étude électronique 1 (1999)
Bande numérique ou CD (1999) (8')
Création à Muret (1999)
Création à Pékin (Chine 2002
)

« Binaurale est œuvre entièrement réalisée grâce à l’ordinateur. Les sons ont été élaborés de manière synthétique avec des procédures de contrôle de la synthèse sonore oscillant entre déterminisme et hasard. D’une certaine manière , l’algorithme propose et le compositeur dispose. L’espace, le timbre, les hauteurs participent grâce au programme à l’écriture de l’œuvre. Rien n’est ici prédéfini et l’enjeu consiste à lier technique et imaginaire, l’élaboration du processus de contrôle de la synthèse devenant un des axes principaux de l’écriture musicale ».

S. de Gérando, note de programme, Muret 1999.

Binaurale


Intumescence – version bande (1999)
Bande numérique ou CD (1999) (10')
Création Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

« Une des premières constatations était l'intégration d'une matière sonore hétérogène qui n'était pas toujours perçue consciemment par l'auditeur. Les deux premières séquences enchaînent bruits de foule et pizzicati de cordes [...], une autre séquence superpose une phrase de clarinette avec un bruit grave ralenti (temps 1'34) ou des cris (temps 6’35), une ambiance synthétique (sons granuleux) cède brutalement la place à une écriture purement instrumentale (temps 3'03)... ».

S. de Gérando, extrait de Trajectoire oblique, IcarEditions 2006.