GERANDO CREATION

Copyright GC 2021 - Tous droits réservés
Mentions légales - Contact

INFOS


UN TOUT

Mes créations sont pensées comme un "tout" annulant les frontières classiques entre les pratiques, les publics, les lieux et la réception souvent polysensorielle de l'œuvre
(Le Labyrinthe du temps)...

15 ANS

recherche
développement

ARTISTIQUE

Cette création prend le temps nécessaire, souvent en dehors des chemins balisés,  une aventure de l'esprit et de la sensibilité au fondement d’une intimité à la fois individuelle et collective, possibilités d'échanger, de questionner, de retisser des liens et interactions pluridisciplinaires avec l'histoire, les cultures, les civilisations...       

SPECTACULAIRE

Des projections monumentales à l'international à des installations muséales ou concerts, une œuvre multidimentionnelle et protéiforme comme le Labyrinthe du temps est par essence spectaculaire...

90

créations

30

conférences

40

publications

TECHNOLOGIQUE

La révolution numérique change profondemment nos capacités d'imagination, de réalisation et de réception, c'est tout l'enjeux d'un travail acharné pour développer et expérimenter avec les publics mes propres outils de réalisation.

deterministic mirage and over-determination of writing

My name is LDT
Labyrinth of time

I am an algorithm
Self-operating or interactive manual navigation.

A « whole ».

cycles and satellites,
relations / non relations,
counter-cause without effect,
I belong to the world of ideas and senses.

without beginning nor end, no direction,

Purpose: not to have any.

unforeseeability, 

I am chaos.

hidden and entangled dimensions,

INFINITE,

no repetition and renewal of distances,
certitude of absences in uncertainty principle,
the work fades out as it comes into reality,

I create what I cannot imagine.

neither domination, nor rejection

to lose oneself until decomposition.
broken and suspended Memories,
dilated time expands to the limits of thresholds - accelerations,
continuity with break of parallel wobblings
critical and diachronic exegesis

I am a form of confinement and limit

presence-absence

AU SUJET DE STEPHANE DE GERANDO (EXTRAITS)

Dans son ouvrage, Musique contemporaine. Aide-mémoire  exemples et définition, aux éditions Durand (p. 98), Bruno Giner classe Stéphane de Gérando parmi une nouvelle génération de compositeur qui "témoigne d'une activité prolixe, intense".

Alain Bancquart, professeur de composition au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et Conseiller aux études décrit en 1992 le travail « ambitieux » de Stéphane de Gérando, « une imagination très personnelle, dont l’audace et la perspicacité sont vivement intéressantes ». « Chacune de ses partitions dénote une véritable puissance de conception ».

Paul Méfano, compositeur, chef d’orchestre, fondateur de l'ensemble 2e2M, ancien professeur au conservatoire de Paris et directeur du conservatoire de Versailles évoque (ISBN 9782296562837, pp. 7-8) le travail de recherche et de composition de Stéphane de Gérando comme "une tentative d'unification du tout". Stéphane de Gérando « allie la force tellurique d’un Varèse avec la cruauté méticuleuse et objective de Pierre Boulez, retrouvant l’essentiel d’un souffle fort". Paul Méfano décrit une jonction éclairante entre le langage musical de Gérando et la réflexion : "on y retrouve diversité, une originalité et une harmonie unificatrice".

Jean-Yves Bosseur, compositeur, chercheur, directeur de recherche au CNRS, souligne la double démarche de chercheur et de compositeur de Gérando qui se conjugue de "manière incontestablement féconde", rappelant par ailleurs les résultats d'une recherche de Gérando au sujet du concept de création, "un double mouvement qui s'oppose, d'un côté une absence, l'œuvre tendant de ma manière asymptotique vers un absolu qu'elle ne saurait atteindre, de l'autre une présence offrant la possibilité de pressentir un tel mouvement, lors de la manifestation concrète de l'acte de création". Jean-Yves Bosseur annonce qu'il s'agit là "d'un enjeu fondamental que Stéphane de Gérando assume pleinement, aussi bien dans sa réflexion que dans sa pratique" (ISBN 9782296562837, pp.179-181).

Costin Miereanu, compositeur et Professeur de Philosophie, Esthétique et Sciences de l’Art. Université Paris I, rapporte un travail « monumental », une « recherche originale de haut niveau musical et scientifique », « un regard différent », « conceptuellement tridimensionnel et topologique à la composition et la réception musicale », jalons importants pour l’établissement d 'une « poïétique ».

Jean-Pierre Armengaud, pianiste, ancien directeur artistique du Festival « Présences » de Radio France, Professeur à l'Université d'Evry-Val d'Essonne souligne une « entreprise titanesque », une « pensée surréelle », un « modèle volcanique », une « énergie créatrice » « avec la volonté toujours poussée plus loin de dépassement des limites, la confrontation entre le contrôle des paramètres et la violence contingente d’un matériau chauffé à blanc, l'intrusion du hors- temps, du hors-logique dans un paramétrage pourtant tenu d'une main de fer ». « Paroxysme du geste et du cri du matériau, Stéphane de Gérando ajoute une distance, un questionnement, une lancinante remise en question, bref un doute presque ontologique [...] ».

Plus récemment dans son article intitulé Le Labyrinthe du temps et la Tour Azadi. Œuvre de Stéphane de Gérando (publié dans La revue de Téhéran, mensuel culturel iranien en langue française, n° 154, cf. liens internet externes), Arash Khalili décrit Le Labyrinthe du temps comme un spectacle visuel et sonore, un voyage à travers différentes échelles du temps. Il explique que Le Labyrinthe du temps est une œuvre en développement permanent, comprenant des grands « cycles » et des « satellites » avec la multiplication de techniques, déformation ou invention par superposition, processus algorithmiques, présentation artistique du concept d’absence/présence, fragmentation de la mémoire. Il souligne que cette œuvre a aussi pour objectif de susciter de nouvelles formes de collaborations scientifiques afin d’envisager des perspectives originales de création (de nature conceptuelle et liées à la réalisation d’une œuvre) : « une des trajectoires du Labyrinthe tend vers une tentative d’unification du tout, la recherche d’un métalangage propre à unifier l’écriture des sens et des pratiques artistiques ».

A partir de 2007, avec le développement des tableaux numériques de Stéphane de Gérando, la presse nationale ou internationale souligne "un concept original", "une œuvre hybride où l’image, le son et la technologie se conjuguent" (Christy Granja, Art et Décoration n° 436 septembre 2007), œuvres s'affichant "sur un écran plat accroché au mur tel un tableau virtuel sans cesse en mouvement" (François Bliss de la Boissiere, Les années lazer n°134 - septembre 2007), une association entre "l'art et la high tech" (Clément Pétreault, Ecran plan magazine n°8 - août septembre 2007), la création de peintures virtuelles, "l'œuvre d'art n'étant plus figée", "se métamorphose elle-même", "suspendue entre un objet de design et une création réinventée" (Giorgia Vaccari Tutto digitale n° 45, juillet 2007).

Un autre article de presse souligne l'évolution du Labyrinthe, intitulé Se laisser guider par le hasard (Est républicain, 18 avril 2018 p. 23) (Citadelle de Belfort, du 18 et 19 avril 2018), Jordan Muzyczka décrit un public de tout âge qui interagit en temps réel avec l‘œuvre visuelle et sonore via un contrôle gestuel ou sonore à distance, “en se laissant guider par le hasard ».

Facebook Youtube sdegerando@gmail.com