SdG CREATION

Copyright SdG 2023 - All rights reserved
Legal Notice


POLYART

Exemple, Complétion, installation polyartistique, satellite du Labyrinthe du temps et Grand Cycle

Dans ce paysage rhizomique, Complétion apparaît comme un moment arrêté, flashs ou souvenirs des vidéos du Labyrinthe, lieu de mémoire ou l’espace-temps s’effondre.

L’ordinateur propose des situations de jeu (quatre « états » différents), l’interprète dispose, selon le respect de cette partition et des Règles du jeu décrites dans ce document.

Si cette œuvre s’invente sur l’instant, cette partition n’est pas « improvisée » : Complétion s’organise et se développe à travers des axes précis de travail et de réalisation.

Non répétition, imprévisibilité, absence de relations et présence de relations cachées et enchevêtrées, conception « pleine » du silence, « contractions-dilatations » contrastées du temps et de l’agogique, transfère d’énergie dans des espaces différents visuel ou sonore etc…

Complétion est à la préhistoire d’une écriture d’un « tout » polysensoriel, un métalangage unificateur, une tentative d’unification des sens dans une même logique structurante, passage d’un espace sensoriel vers un autre maîtrisable grâce notamment aux technologies et à une évolution de la notion même d’interprète.

L’œuvre peut être interprétée en concert, faire l’objet d’une installation ouverte au public (musiciens avec instruments, danseurs, comédiens et tout public...) ou bien encore d’un enregistrement à diffuser sur support fixe, notamment dans le cadre de la réalisation d’un Grand Cycle du LDT (vidéo). 


Nomenclature

Complétion peut être interprétée par :

• un ou des musiciens, 
• un ensemble polyartistique avec danseurs, comédiens, musiciens (autre version de ce document, cf. « Complétion 2 »). 

• associée à un interprète technologique (qui peut interagir en temps réel avec les interfaces de contrôle de l’algorithme).


Dispositif technique (version live)

• un grand écran pour le public (visualisation des images fixes),
• un vidéoprojecteur de qualité professionnelle (minimum 10000 lumens),
• En réseau (avec wifi pour chaque ordinateur), 
o un ordinateur pour chaque interprète (type IMAC), 
o et deux ordinateurs de contrôle dont un particulièrement puissant (son et image) pour l’ « interprète technologique », 
• un dispositif électroacoustique professionnelle (microphones pour chaque interprète, carte son, 4 enceintes minimum autour du public).

Facebook Youtube sdegerando@gmail.com Instagram